mercredi 29 mai 2013

Anomalies, oubli, manque d'information, le hasard fait bien les choses !

C'est à dire comment réussir à exploiter un espace naturel ......

Une parcelle de 3.17 hectares incluse dans les 2987 hectares  de l'Espace Naturel Sensible
fait l'objet d'un  oubli de la part du Conseil Général concernant la préemption alors que la
DIA présente plusieurs anomalies (lieu, nature, usage).
Il en est de même pour la mairie qui s'empresse de refuser la préemption. D'ailleurs l'adjoint
au maire est le vendeur du terrain . Celui-ci vend pour 8000€ au promoteur de
l'aménagement de l'aven de la Salamandre son terrain alors qu'il refusera les 272 000€
proposés par France Domaines pour le solde de sa propriété.
Tout cela, bien sûr, sans que personne ne se doute officiellement de l'existence de ce projet....
Or ce projet, soutenu par la CCI d'Alès, existe depuis 2007, étonnant, donc....

Après l'acquisition de la parcelle en 2009, un bornage amiable, en 2010, avec le Conseil
Général modifie les limites de la parcelle connues sur Géoportail et semble ainsi placer
l'entrée de l'aven de la Salamandre sur cette parcelle 168, tant convoitée.

Un nouveau document, en 2012, intitulé "modification de bornage" donnera la
reconnaissance sans fondement matériel de la presque totalité de la propriété souterraine
par le Conseil Général à l'exploitant de la Grande Salamandre, uniquement dans le but :
"d'apporter une solution pérenne sur les questions de propriété et d'exploitation du
site tout en sécurisant les actes à venir"
Pourquoi le Conseil Général se montre t-il aussi arrangeant voir généreux avec les
promoteurs de ce projet qui va à l'encontre de la définition des Espaces Naturels Sensibles ?
Un Espace Naturel Sensible, financé par une taxe spécifique, la TDENS, ne doit faire
l'objet que d'aménagements légers pour permettre son ouverture au public.

Nous vous laissons le soin de rechercher toutes les autres  anomalies (absence de demande de dérogation espèces protégées), autres arrangements (trois arrêtés préfectoraux successifs pour l'autorisation de défrichement, non respect de l'arrêté préfectoral ou
sa non application), détournements de procédures, etc qui ont permis de mener à bien ce projet....
Sans oublier les 100 000 € de la Région pour l'opération "Coup de Pousse".
Ce dossier est un véritable cas d'école qui servira de modèle pour les futurs aménageurs
à la recherche de sites d'exception.

                                      Maintenant, vous pouvez être rassurés 
                           les Espaces Naturels vont enfin pouvoir être valorisés !





Aucun commentaire:

Publier un commentaire